École de danse contemporaine
de Montréal

:: À propos de l'École

Mission

Reconnue pour la rigueur de sa formation, l'École de danse contemporaine de Montréal forme des danseurs-interprètes professionnels et polyvalents. Elle offre un enseignement de qualité et des outils de développement technique, artistique et personnel, afin de leur ouvrir une carrière dans le monde actuel de la danse contemporaine. Fondée en 1981, l'École est affiliée au cégep du Vieux Montréal et est accréditée par le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport du Québec. L'École considère qu’il est de son devoir de favoriser la création et la recherche dans tous les secteurs reliés à la danse contemporaine. Exigeant et rigoureux, le programme développe une polyvalence et une créativité chez les interprètes, afin qu’ils puissent répondre aux besoins des milieux professionnels internationaux. Si vous vous démarquez par votre fougue et votre passion pour la danse et qu’une volonté bien arrêtée de vous investir sans réserve dans la création vous anime, vous ne serez nulle part mieux accueilli qu’à l'École.

Ce qui nous distingue

L’approche spécifique de l'École se définit comme la rencontre de deux composantes essentielles de l’artiste en danse : la recherche en profondeur de sa propre unicité créatrice, de concert avec la conquête de la rigoureuse technique du danseur. Cette technique s’acquiert au moyen de la compréhension du corps et d’un travail intense et discipliné auprès de maîtres aux visions complémentaires. La réflexion sur l’art, les gestes qu’on pose et leur portée est aussi un axe essentiel de la formation. L’objectif de l'École est d’amener chaque individu à sa pleine éclosion artistique et technique, c’est-à-dire au seuil d’entrée du marché du travail.

Mandat

Offrir un enseignement de calibre supérieur, grâce à ses différents programmes de formation, soit le Diplôme d’études collégiales (DEC en collaboration avec le cégep du Vieux Montréal), l’Attestation d’études collégiales (AEC), les cours préparatoires aux auditions, les stages d’été, les classes ouvertes aux professionnels et les ateliers récréatifs pour le grand public;
Offrir des services complémentaires qui favorisent l’épanouissement artistique, technique, physique et intellectuel des étudiants (soins de santé, aide à l’apprentissage, médiathèque, etc.);
Mettre sur pied des activités et des services qui facilitent l’intégration des diplômés au marché du travail;
Développer des partenariats avec les secteurs public et privé de l’éducation au secondaire, au collégial et à l'université;
Établir des échanges, à l'échelle nationale et internationale, avec le milieu de la danse et les organismes culturels tels que les Pépinières européennes pour jeunes artistes, l’Association des écoles supérieures d’art de Montréal (ADÉSAM), le Regroupement québécois de la danse (RQD), le Festival Danse Canada (FDC), The School of Toronto Dance Theatre (STDT), l’École de danse de Québec, The School of Contemporary Dancers de Winnipeg, etc.

Principaux jalons historiques

1981198419851987199119941996199719981999200520062007 - 2008

1981 En 1981, Linda Rabin et Candace Loubert fondent l’école Linda Rabin Danse Moderne, dans l'édifice Le Belgo à Montréal. Elles collaborent avec de nombreux professionnels du milieu et adoptent une approche basée sur l’entraînement physique, le processus créatif et le travail somatique. Ainsi, l’âme de l'institution est imprégnée des techniques développées par les maîtres que sont Graham, Limon, Alexander, Summers, Thiele, Pochinko, Dowd et Skinner. Bien qu’elles aient quitté LADMMI, leur héritage est immense. Aujourd’hui encore, l’école poursuit leur œuvre dans une optique de modernité, en harmonie avec leur philosophie.

1984 Incorporation de l’école, qui change de nom pour Les Ateliers de danse moderne de Montréal inc. Après avoir réalisé une étude sur les besoins en formation de l’interprète en danse moderne, le ministère des Affaires culturelles donne le mandat à LADMMI de procéder à l’élaboration d’une formation professionnelle. L'école accueille ses premiers maîtres invités de réputation internationale. Depuis, LADMMI reçoit annuellement des enseignants de l'étranger.

1985 Un premier groupe d’étudiants entreprend une formation intensive de six mois dans le cadre d’un projet pilote. Compte tenu des exigences de la profession, le programme de formation sera rapidement étendu sur deux ans.

1987 Premiers finissants du programme de formation professionnelle de deux ans.

1991 L'école obtient du ministère de l’Éducation le statut d’école professionnelle collégiale. Le programme d’enseignement passe à trois ans. Départ de Linda Rabin. La direction de l’école est désormais assumée par Candace Loubert.

1994 Élaboration et mise en œuvre d’un programme qui conduit à une Attestation d’études collégiales (AEC).

1996 L’école se dote de nouveaux locaux plus spacieux, toujours dans l’édifice Le Belgo. Départ de Candace Loubert. Tassy Teekman assume la relève à titre de directrice artistique.

1997 LADMMI réalise un premier échange interscolaire avec The School of Toronto Dance Theatre et participe aux Pépinières européennes pour jeunes artistes, une première pour une institution québécoise. Grâce à ce projet, dont le suivi est assuré par le Conseil des arts et des lettres du Québec, LADMMI accueille tous les deux ans un jeune chorégraphe européen en résidence de création. cette année marque également la Première cohorte de finissants du programme AEC.

1998 Arrivée en poste de Christine Bouchard, première directrice générale de l’école.

1999 Après plusieurs années d’études et de négociation, le DEC en danse contemporaine est approuvé par le ministère de l’Éducation. LADMMI est l’une des écoles mandatées pour offrir le programme, en affiliation avec le cégep du Vieux Montréal. Elle accueille ainsi ses premiers étudiants inscrits au DEC.

2005 En décembre 2005, Robin Colyer quitte son poste de directrice pédagogique et des études après de nombreuses années de loyaux services, dont deux à la direction artistique de l’école. Arrivée en poste de Lucie Boissinot à la direction artistique et des études.

2006 Le 17 novembre, le ministère de la Culture et des Communications du Québec annonce que pourra bénéficier d’une subvention pour la construction de locaux mieux adaptés à l’enseignement et à l’apprentissage de la danse. 

2007 Les Ateliers de danse moderne de Montréal inc. changent officiellement leur nom pour LADMMI, acronyme par lequel l’établissement est reconnu dans le milieu de la danse contemporaine. La signature descriptive qui l’accompagne, « L’école de danse contemporaine » établit clairement la nature de ses activités. Christine Bouchard quitte la direction générale de LADMMI et fait place à Yves Rocray.

2008 Le 21 février 2008, LADMMI reçoit l’annonce d’un appui financier de 3,5 millions de dollars du ministère du Patrimoine canadien. Cette contribution remise à LADMMI s'ajoute à celle du ministère de la Culture et des Communications et permettra de réaliser la relocalisation de l’école dans des espaces modernes et mieux adaptés aux besoins de la formation supérieure en danse.

2011 Le gouvernement du Québec donne son accord à une étude de faisabilité du projet de réfection et d’agrandissement de l’édifice Wilder dans lequel l’École pourrait loger.

2012 LADMMI, l’École de danse contemporaine devient l’École de danse contemporaine de Montréal. Elle laisse tomber l’acronyme qui ne répond désormais plus à sa mission de former des interprètes en danse contemporaine.

2013 Le gouvernement du Québec donne le feu vert à la réalisation du projet de réfection et d’agrandissement de l’édifice Wilder, situé en plein cœur du quartier des spectacles, sur la place des Festivals. L’École fera partie de l’Espace Danse Québec en compagnie des Grands Ballets, de Tangente et de l’Agora de la danse. Elle devrait prendre possession de ses nouveaux locaux en 2015.